comment écrire plus juste sur les réseaux sociaux pour des contenus plus utiles pour votre audience

Je ne suis pas expert des réseaux sociaux par contre, je me suis vraiment planté depuis un paquet de temps dans ma manière d’écrire!

Et pourtant, je suis designer: mon métier c’est de partir d’une connaissance fine des besoins et des attentes des utilisateurs avant de faire quoi que ce soit. Me mettre à leur place et construire pour eux voir avec eux quand possible la réponse la plus adaptée.

Mais lorsqu’il s’agit d’écrire des contenus online, je suis totalement passé à côté! Je pensais qu’il était intéressant de parler:

  • De design et de philosophie du designer
  • Des outils et méthodes que j’utilise
  • Des expertises que je peux mettre au service du monde
  • Des services que je propose

Comme vous voyez, c’est toujours tourné dans l’intérêt d’apporter quelque chose à quelqu’un mais ce n’est pas du tout “pensé comme étant à sa place”.

La nouvelle vérité du moment

Et bien c’est de cerner plus précisément à qui je veux m’adresser, de m’adresser à lui au bon endroit (bon réseau) , au bon moment et d’adapté le contenu au plus proche de ce qui lui trotte dans la tête en ce moment.

Si mon lecteur type est bloqué dans une problématique, c’est cette problématique que je dois poser en tête de mon contenu:

“Vous avez vraiment de grands difficultés à recruter en ce moment?” - “vous n’arrivez plus à répondre à toutes les demandes et traiter tout ce qui doit l’être pour piloter au plus efficacement votre entreprise? - “le manque de communication dans vos équipes empêche littéralement d’avancer dans les projets?

Voici quelques exemples qui vont adresser des personnes différentes mais c’est toujours tourné pour faire effet miroir de ce qu’il est en train de se passer dans leur tête en ce moment.

Et oui, vous allez me dire “mais c’est logique” de commencer un contenu de cette manière et je vous dirais oui, c’est logique… mais qu’est-ce que j’ai mis le temps!

Une autre version qui fonctionne aussi

Si vous préférez, vous pouvez aussi vous adresser à une personne qui a un problème qui coince dans sa tête mais qui a déjà commencé à chercher et imaginer une solution. Par exemple:

“Trop de mal à gérer toutes les tâches de l’entreprise et à déléguer” > cette personne après pas mal  de recherches part de l’hypothèse qu’il faut mettre en place un meilleur outil numérique de gestion et on lui parle à plusieurs reprises de Notion.

Ici, vous pourrez commencer votre contenu par la positive: “vous avez en tête de mettre Notion en place pour vous aider à gérer toutes les tâches de votre entreprise et déléguer plus efficacement?”

Ici, ça va parler fort et directement et vous êtes directement en train de parler de la solution que votre lecture a en tête. L’avantage de cette version c’est que ça “niche” encore plus votre contenu, sur ce qui est vraiment une demande côté lecteur et ce qui est aussi “le produit” que vous maitrisez et que vous pourrez directement lui proposer.

Il va accrocher sur votre contenu et ensuite cliquer pour en savoir plus et là, il aura besoin de sentir qu’avec vous il aura rapidement ses solutions et sans que ça lui prenne trop de temps et la tête.

En synthèse, rentrer dans la tête de ceux à qui vous voulez vous adresser semble bien plus juste pour rendre vos contenus utiles pour votre audience et aussi pour vous, pour tisser les liens et ouvrir des projets avec eux.

Cette démarche demande d’arrêter de parler de soi, de ce qu’on fait pour s’intéresser vraiment à continuer le fil de penser du lecteur avec le contenu qu’il va rencontrer sur son fil linkedIn par exemple.

Ce que je présente ici n’est pas une vérité vrai mais un bel apprentissage à force d’écrire, écrire et écrire… on a envie de partager et d’aider mais si l’accroche est ratée, personne ne lira jamais nos contenus!

À nos plumes!

Notes mentioning this note

There are no notes linking to this note.


Voici toutes les notes du jardin à visualiser en Graph.