identité de groupe

J’ouvre une nouvelle exploration collective autour du concept d’identité de groupe. Je prendrais un scénario assez simple d’entrepreneur pour illustrer ma réflexion. Appelons-le Xavier. Xavier est entrepreneur et souhaite s’associer avec des personnes complémentaire pour développer son projet. Il est alors face à plusieurs choix :

  • Monter un structure (asso, entreprise) et recruter
  • Monter une structure avec d’autres en s’associant
  • Rester “indépendant” tout en cherchant à développer de nouvelles collaborations qui peuvent répondre à ses besoins
  • Devenir “interdépendant” et rentrer en coopération avec qui peut compléter ses besoins tout en faisant en sorte que lui aussi réponde à certains des besoins de l’autre. (modèle de l’Archipel Kyosei par exemple)

Qu’est-ce qui va orienter son choix ?

  • La raison d’être de son projet ?
  • Ses intentions ?
  • Ses valeurs ? Ses principes ?
  • Sa personnalité ou son identité propre ?
  • Son expérience ?
  • La simplicitié du modèle ?

Quel que soit son choix, il cherche à créer une bulle de confiance dans laquelle il va pouvoir évoluer en sécurité. Il veut développer ses capacités en se complétant avec d’autres. Il veut se sentir compris, soutenu, utile. D’une certaine manière, il veut “grandir”, s’étendre & se développer, et il a besoin de l’autre. Pour que ce soit équilibré, l’autre doit avoir également besoin de lui & ce qu’ils vont développer ensemble doit aller “dans le même sens”. Si ce n’est pas le cas, ils ne pourraient pas “évoluer ensemble” bien longtemps.

C’est souvent ici qu’entre en jeu les plans, les projections, les objectifs & les prochaines étapes. En entrant dans l’action & le faire ensemble les deux individus commencent à faire “corps commun”. Leur identité propre commence à s’ouvrir à l’autre ou parfois s’adapter, voir se dilluer… Si l’un prend une posture de “leader” l’autre se mettra dans son “aspiration”, mais dans tous les cas, ils sont désormais parties d’une même entité. Elle n’est pas l’un ou l’autre, elle est les deux et en même temps nouvelle. Je vois alors ici 2 choix :

  • S’il y a nouvelle entité, qui est-elle ? Comment est-ce qu’elle s’appelle ?
  • S’il n’y a pas nouvelle entité alors comment définir cette association & le fait de faire ensemble, d’avoir un projet commun ?

De mon point de vue, et c’est ce que je questionne ici, le premier choix est bien plus fréquent que l’autre. Il est plus simple à appréhender et nous y sommes culturellement habitués. Quand on crée une association, une entreprise, c’est un objet intellectuel dont nous avons accepté l’existence, c’est une Personne Morale. Cette entité n’existe pas physiquement car rien de plus n’existe que les individus & les objets qui la compose. Pourtant, dans notre esprit, elle existe. Juridiquement, elle existe. La plupart du temps même, les individus ont besoin de son existence pour évoluer ensemble, sinon il ne se sentent pas “appartenir à” quelque chose. C’est avec cette Personne Morale et toutes les règles qu’on crée pour la définir que l’on crée une identité de groupe. Cette identité nous permet de faire “un”, en partageant un raison d’être, des intentions, des valeurs & des principles de fonctionnement, etc…

Et qu’en est-il du second choix ?

Il est bien plus complexe à accepter culturellement & intellectuellement. Je dirais même que c’est un paradigme différent du premier. En faisant ce choix on accepte qu’il n’y a rien qui existe de plus que les individus en train de faire, échanger, coopérer. Qu’on soit 1, 2, 10, 10000, il n’y aura toujours rien de plus que ces individus qui font chacun des choses les uns avec les autres, chacun à leur échelle. Une entreprise n’existe pas, un pays n’existe pas. Aucune Personne Morale et juridique n’existe. Il n’y a que des individus qui ont crée des objets & des règles de language & de logique pour pouvoir se comprendre et évoluer dans une réalité qui serait trop complexe & pas supportable sans ces objets. Les humains se sont accordés sur des concepts pour en faire des réalités à grande échelle.

Désormais, la démarche n’est plus de choisir mais de rentrer dans des cases préétablis.

Ce que propose pour moi ce second choix, “pas de nouvelle entité” lorsque des individus veulent évoluer ensemble, est une opportunité d’imaginer, de faire émerger de nouveaux objets, de nouveaux concepts & de nouvelles manières de vivre ensemble, de créer et j’irais même à dire, de nouvelles manière de “faire réalité”. Les objets intellectuels et de culture dont nous avons hérité sont de précieux ancrages, mais ce ne sont que des héritages, ils sont eux même prêts à muter, à se transformer.

Choisir qu’il n’y a pas de nouvelle entité et donc pas d’identité de groupe fait entrer de plein pied dans une nouvelle dimension d’existence. Tout autour de nous est structuré par des personnes morales : la famille, le collectif, la communauté, l’écosystème, l’humanité, le vivant…

Si c’est une exploration collective que je propose, c’est bien que je n’ai pas de réponses toutes faites à proposer mais surtout envie de sentir et découvrir comment ça résonne chez vous.


Si je conclue cette première note très personnellement, je dirais qu’il y a tout intérêt à considérer le groupe le plus large qui nous est accessible pour le moment pour définir notre raison d’être, nos intentions, nos valeurs et notre “identité de groupe” plutôt que de se limiter à des “groupes intermédiaires”.

La notion d’objet obstrue de sa masse opaque et homogène l’accès à toute idée de système ou organisation.” - Edgar Morin

Le vivant.

L’ether, le minéral, le végétal, l’animal… Voilà qui nous sommes. Nous sommes chacun des parties de ce groupe, un groupe qui n’a pas de limites ni d’espace ni de temps. À ce moment de lecture et de perception, tout peu devenir perturbant parce que trop abstrait. Je vis aussi cet effet, mon identité propre pourrait presque se diluer… Surtout quand j’accepte en conscience que mon propre corps n’est qu’un “groupe”, un concept que je porte comme objet mental pour me définir, me donner des limites, me donner une existence… Je vois alors ici encore deux choix. Laisser aussi “mon corps” glisser, cet objet se diluer dans le vivant… Si j’y arrive ! Ou alors, garder ce concept, garder mon identité propre car c’est ce qui me permet d’Être ici, de sentir, de percevoir, de penser & de faire, de créer, de découvrir & de partager, avec d’autres.

A ce stade de pensée, Xavier notre entrepreneur du début est toujours lui-même mais il n’a plus besoin de créer une Personne Morale pour imaginer des projets avec les autres. Sa raison d’être est soit la sienne, soit celle du vivant. Ses projets seront dans son intérêt à lui ou dans l’intérêt du vivant dans son ensemble.

Il pourra même expérimenter les deux en même temps, sans forcément faire un choix de plus : ce qu’il fait pour lui, il le fait en même temps en conscience de la vie, car c’est la même chose. Et les autres avec qui il fera, il n’a plus a en avoir peur car ils sont tous aussi la vie, il ne vit plus de séparation nécessaire et n’a plus besoin de faire confiance par peur qu’autre chose vienne le détruire. Son identité propre (Ego) peut mourir mais son identité de groupe (le vivant) continuera d’évoluer…

Je vous avais prévenu, faire le second choix ouvre de “sacrés” perspectives…

#article

Notes mentioning this note


Voici toutes les notes du jardin à visualiser en Graph.