Il n'y a pas de montagne

Hello 🤙

Parce qu’on aime les citations, je commencerais ainsi :

A Hindu proverb on the many ways to win 👇 “There are hundreds of paths up the mountain, all leading in the same direction, so it doesn’t matter which path you take. The only one wasting time is the one who runs around and around the mountain, telling everyone that his or her path is wrong.”

Il y a quoi en haut de ta montagne à toi ? Pourquoi est-ce que tu veux monter ? Est-ce que tu as pris un des chemins ou est-ce que tu es comme l’autre en bas à tourner en rond ?

Pour certains, il y a Dieu ou les Dieux en haut de la montagne. Pour d’autres l’argent, le pouvoir. Pour d’autres encore, l’Amour, celui qu’on ne peut expliquer car il est Tout et en même temps Rien. Pour beaucoup aussi, c’est le sens à donner à sa vie ou plus radicalement, survivre. Dans tous les cas, il y a quelque chose à atteindre et la vie est un parcours. Ils pourront dire qu’arriver au sommet n’est pas le plus important car c’est parcourir le chemin qui compte, il y a quand même un point là-haut ou là-bas qui donne envie et qui crée la tension “d’avancer vers” même si on ne cherche pas à l’atteindre.

Et si il n’y avait pas de montagne ?

Alors pas de sommet, plus d’objectif et donc plus de chemin pour aller vers… Mais alors comment envisager la vie et le quotidien dans une réalité où il n’y a rien à atteindre ? Est-ce une errance ? Une balade, une dance, une fête ? À quoi ressemblerait une journée, une semaine, un mois ou une année sans aucun sens à donner lorsqu’on se lève le matin ? - Sans chercher à décoder la vie ?

J’aime à penser que nous ne sommes pas limités à cette vision verticale de l’ascension, de la croissance, de l’évolution vers un point ultime, plus haut, plus fort, plus sage, plus fou. Il existe aussi une “pensée horizontale”, celle de la curiosité, de l’exploration, de la découverte pour le simple fait de découvrir et au rythme qui est propre à chacun.

Depuis très longtemps, les Hommes sont inspirés par des mythes très différents mais assez similaire en profondeur : il y a quelque chose d’immense, de vertigineux, de fascinant et de puissant à découvrir plus haut, plus loin ou plus en profondeur. Il faut alors partir, grimper ou plonger dans ses abisses intérieurs pour découvrir le trésor caché, l’ultime secret, l’âme ou Dieu. Pourtant depuis longtemps aussi, ce n’est pas forcément le sage ou l’intellectuel qui est au plus proche du sommet : c’est le simplé, l’ignorant, le fou. Ce n’est pas la raison ou la pensée qui aide à avancer sur le chemin mais l’ouverture du coeur, l’expression de l’intuition et du ressenti. Mais ça, c’est celui qui pense et qui parle qui le dit et au moment même ou j’écris ces mots c’est comme si j’essayais de tracer un nouveau chemin vers la révélation ultime de “comment vivre”… Je crée une montagne, je cherche à donner du sens à ce que je fais pour lui donner de la valeur. Alors je m’en rend compte et j’arrête.

Il n’y a pas de montagne.

Par simple curiosité et envie d’explorer, j’ai envie de prendre cette affirmation pour vérité. Il n’y a pas de montagne, il n’y a rien à gagner, aucune ligne d’arrivée. Comment je vis alors ? Comment je vis sans chercher à donner un sens à quoi que ce soit ?

Cette analogie de la montagne peut s’appliquer à tout et on peut en faire un exercice : à chaque fois que vous voyez quelque part “une montagne à gravir” ou la promesse d’un sommet à atteindre, vous pouvez vous dire “il n’y a pas de montagne”. Et alors, qu’est-ce que vous faites de ça ?

Que ce soit la carrière, l’argent, la responsabilité familiale, la passion, l’ego, le pouvoir, la survie, sauver la planète, la connaissance, la sagesse, la malice, l’envie, la jalousie, la vengeance… S’il y a quelque chose à atteindre, à gagner et qu’il faut parcourir des étapes pour y arriver c’est qu’il y a encore une montagne à gravir dans votre esprit. Alors essayer, “il n’y a pas de montagne”, il n’y a pas d’étapes, pas de chemin, rien à construire et rien à atteindre et gagner.

Il y a juste moi là, à cet instant, en train de me raconter une histoire inspirée par la société inspirée elle-même par des mythes parfois aussi vieux que les premiers Hommes.

Il y a juste moi là, qui me dit “il n’y a pas de montagne, rien à gravir et rien à atteindre”… Mais alors, qu’est-ce que ça fait ?

Si a ce moment de l’exercice vous trouvez ça absurde, c’est possible que ce soit parce que votre raison résiste. SI vous êtes perdus, ce doit être normal, je le suis aussi. Si ça vous fait peur, je crois que c’est à accepter parce que c’est une belle peur, celle qui marque le début d’une nouvelle exploration dans un territoire inconnu…

Notes mentioning this note

There are no notes linking to this note.


Voici toutes les notes du jardin Ă  visualiser en Graph.